was successfully added to your cart.

Feuillet

Novembre 2018 – n°436

By 26 novembre 2019 No Comments

Novembre 2018 – n°436

C’est avec les apôtres que nous osons dire à notre tour : “Quant à nous, nous sommes les témoins de tout cela, avec l’Esprit Saint, que Dieu a donné à ceux qui lui obéissent” (Ac 5,32).
Annoncer le Royaume n’est pas une façon de parler mais une manière d’être, de vivre, de transporter avec nous et en nous la Parole que nous avons reçue : “Il ne parlera pas de lui-même, mais ce qu’il entendra, il le dira”, dit Jésus à propos de l’Esprit Saint (Jn 16,13). Cet Esprit que nous invoquons au début de chaque rencontre mensuelle nous inspire, nous donne une écoute attentive des initiatives qui germent dans notre équipe.
Porter la Parole n’est pas moraliser, juger, froisser, mais nourrir, construire, guérir à la ressemblance de Jésus. L’Esprit Saint est notre ami. Un ami fidèle qui peut nous donner quelques bonnes idées pour peu que nous souhaitions collaborer. Prenons le temps d’en parler en équipe et de confier à sa prière la mission confiée à l’un, à l’autre ou à tous.

 

La mission, c’est aussi parler d’autres langues que la nôtre.
“Tous furent remplis de l’Esprit Saint ; ils se mirent à parler en d’autres langues, et chacun s’exprimait selon le don de l’Esprit.” (Ac 2,2-4)
Parler d’autres langues c’est se mettre à la portée des personnes que nous rencontrons, essayer de nous ajuster à elles, suivant les circonstances ou les lieux. En les respectant en tout point sans juger. Saint Paul ne s’adressait pas aux grecs, aux juifs ou aux Romains de la même façon. La proclamation du Royaume variait en fonction de ses différents auditoires.
“Convertissez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle.” (Mc1,15) C’est bien à cela que nous devons employer le temps qui nous reste. Se convertir à l’autre, se convertir au Tout-Autre en le laissant pénétrer chacune de nos actions afin qu’il transforme nos critères de vie et notre relation à l’autre. C’est cela bâtir et annoncer le Royaume.
Acceptons notre faiblesse et nos limites. Soyons humbles comme Marie. Sortons à la recherche de l’autre car il a faim, il est sans abri, il a besoin d’être conseillé, consolé, pardonné, aimé…
Marie nous ouvre la route : “Faites tout ce qu’il vous dira.”